2013 – – COMMENT AIDER LES AIDANTS NATURELS

2013 – – COMMENT AIDER LES AIDANTS NATURELS

Posté le février 27, 2013 par Ressources Soins Aînés Québec en Bénévolat, Blog - Français, Centre de Jour, Éducation aux Aidants
2013-01-29

COMMENT AIDER LES AIDANTS NATURELS

Chronique Aînés

Au Québec, 60% des aidants naturels décèdent avant la personne qu’ils aident. Quand ce n’est pas la mort qui les freine, c’est la culpabilité, la dépression ou encore la solitude…

Quelques données de Statistique Canada:

70% sont des femmes.

44% ont plus de 55 ans et 13% plus de 65 ans.

60% travaillent.

47% le font depuis 5 ans et plus, 30% depuis plus de 10 ans.

En moyenne 21h et plus par semaine.

15% y consacrent entre 300$ et 500$ par mois de leur poche.

13% y consacrent plus de 500$.

Que font ces aidantes naturelles? Est-ce un phénomène nouveau?

Ce qui est relativement nouveau, c’est l‘entrée massive des femmes, jusqu’alors considérées comme aidantes «naturelles» sur le marché du travail salarié en-dehors de la maison familiale. Le taux d’emploi des femmes est passé de 41% à 65% entre 1976 et 2003.

80% des soins prodigués le sont par des aidants naturels:

L’entretien courant et le ménage.

Tenir compagnie et transporter.

Surveiller la malade et sa prise de médicaments.

Rechercher et réclamer ressources et services.

Et pourquoi le font-elles?

Par générosité, sens des responsabilités et solidarité.

Mais aussi, et elles le disent, parce que les aides, services et ressources manquent dans le milieu. La plupart n’ont pas le choix.

Il y a bien sûr des aspects positifs: estime de soi, confiance en soi, maturité, sens accru des responsabilités et de l’autonomie. Mais toutes les recherches sont unanimes quant aux risques d’épuisement.

C’est un travail gratuit, mais exigeant, qui donne beaucoup de stress et même de la détresse devant le manque d’appuis, d’informations, les attitudes imprévues et parfois agressives du malade (exemple: maladie de l’Alzheimer).

De plus, il faut concilier les exigences du reste de la famille, du travail et de l’aide à la personne malade. Les employeurs sont souvent peu informés par l’employé (par crainte d’être mal vu), alors qu’ils pourraient, une fois sensibilisés, prévoir des horaires aménagés et plus souples, et même un transfert du travail à domicile ou un congé sans solde.

Certains employeurs se distinguent pour leur aides spécifiques (CPE sur place, banques de congés, horaires souples ou saisonniers, etc) dans le cadre de la conciliation travail-famille, comme Jean Coutu, Hydro-Québec ou l’Agence spatiale canadienne. Mais il reste beaucoup à faire.

Y a-t-il une aide de l’assurance-emploi pour les aidants naturels?

Oui, une prestation de compassion aux personnes qui doivent s’absenter temporairement de leur travail pour fournir des soins ou offrir un soutien à un membre de leur famille souffrant d’une maladie grave qui risque de causer son décès. On peut recevoir jusqu’à six semaines de prestations de compassion de l’assurance-emploi si on doit s’absenter du travail pour prodiguer des soins ou offrir un soutien à un membre de sa famille souffrant d’une maladie grave qui risque de causer son décès dans un délai de 26 semaines.

Y a-t-il d’autres formes d’aide, d’autres ressources?

Oui, principalement:

Les crédits d’impôt: les proches aidants peuvent bénéficier de certains allègements fiscaux, dont le crédit d’impôt remboursable pour aidant naturel d’une valeur maximale de 1020$ accordé par le gouvernement du Québec pour chaque proche hébergé (parent, grand-parent, oncle, tante de 70 ans et plus ou membre de la famille présentant une déficience grave et prolongée de ses fonctions mentales ou physiques).

Les proches aidants peuvent aussi réclamer un montant annuel maximal de 4019$ au gouvernement fédéral pour chaque personne majeure à charge. Il peut s’agir de parents ou de grands-parents âgés de 65 ans et plus ou de proches âgés de 18 ans et plus présentant une déficience mentale ou physique.

Les personnes aidées âgées de 70 ans et plus bénéficient également d’un crédit d’impôt provincial remboursable, égal à 30% des dépenses admissibles qu’ils ont engagées pour obtenir certains services de soutien à domicile comme la préparation des repas, le gardiennage et l’entretien ménager.

Des formules de répit comme le Baluchon à Montréal: en cas d’Alzheimer et suite à une demande de répit, une intervenante bénévole est référée par le CSS durant un maximum de 14 jours et pour seulement 15$ par jour aux frais de la famille.

Des regroupements d’aide aux aidants sont  présents dans toutes les régions du Québec comme http://www.lappui.org – L’appui   (1 855 8LAPPUI) ou le – http://www.ranq.qc.ca/ – RANQ.

Il existe aussi des sites qui donnent des conseils pratiques pour les aidants naturels.

Ligne Info-aidants: 1-855-8LAPPUI

Chroniqueur: Jean Carette, professeur retraité de l’UQÀM et expert en gérontologie sociale

http://matv.ca/montreal/matv-blogue/mes-articles/2013-01-29-comment-aider-les-aidants-naturels