La situation des proches aidants inquiète

La situation des proches aidants inquiète

Posté le novembre 19, 2014 par Ressources Soins Aînés Québec en Bénévolat, Blog - Français, Éducation, Éducation aux Aidants, Personne Autonome, Ressources communautaires

Mise à jour le mercredi 5 novembre 2014 à 7 h 22 HNE

Voir la vidéo:    http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2014/11/05/001-proches-aidants-medecins-specialistes-epuisement.shtml

Les proches aidants craignent les compressions gouvernementales.

Plus d’un million de personnes sont des proches aidants au Québec. La Fédération des médecins spécialistes du Québec s’inquiète des impacts que pourraient avoir d’éventuelles compressions sur les programmes publics de soutien aux proches aidants.

La Fédération, qui finance depuis deux ans un projet de répit pour ces familles grâce à sa fondation, affirme que plusieurs aidants font face à l’épuisement et à l’appauvrissement.

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, plaide pour un maintien des services aux proches aidants, mais elle ne se fait pas d’illusion.

« On ne sait pas où on va atterrir avec tout ça. On est dans une année d’austérité, l’argent n’est plus là. Et, à un moment donné, il y a des services qui vont être coupés. Ça c’est sur et certain, si on n’a pas le support parce que ça coûte très cher de garder les gens à la maison », s’inquiète Mme Francoeur.

Dans la région de Québec, plus de 100 000 personnes sont des proches aidants. Au Québec, c’est une personne sur sept qui apporte des soins à un proche malade.

Johanne Audet, présidente du Regroupement des aidants naturels du Québec, constate que les organismes communautaires ne suffisent plus à la demande. « Le réseau public offre du répit, mais en dernier recours. C’est au compte-gouttes et le critère c’est quasiment quand l’aidant est épuisé totalement », déplore Mme Audet.

Des besoins criants

Les situations des proches aidants rencontrés sur le terrain sont souvent compliquées. À 82 ans, Jean Crête est proche aidant de sa conjointe qui souffre de la maladie de Parkinson. Il est lui-même en traitement de chimiothérapie pour un cancer.

« Je dois tout faire dans la maison, car elle n’est plus capable de faire la cuisine, elle n’a plus de mémoire, donc ça me prend une surveillance. Il faut que je la surveille constamment quand je sors. Si j’ai des commissions, elle me suit », témoigne M. Crête.

Grâce au programme de répit financé par la fédération des médecins spécialistes, Jean Crête a pu suivre ses traitements de chimiothérapie à l’hôpital sans être inquiété pour sa conjointe qui a bénéficié du service de gardiennage à la maison.

D’après un reportage de Nicole Germain

  • Roger Racine a laissé un commentaire

vous avez besoin de soins particuliers Vous vivez à domicile.
Cependant : vous avez besoin d’aide pour effectuer
certaines activités,
comme prendre un bain, manger, vous vêtir ou accomplir
vos tâches domestiques
Vous pouvez avoir accès
au Programme
d’allocation directe,
mais à certaines
conditions
votre condition de santé est stable ;

vous avez besoin de services à long terme ;

vous êtes en mesure d’assumer la gestion
de vos services, seul ou avec le soutien
d’un proche – voici le site =http://publications.msss.gouv.qc.ca/acrobat/f/documentation/2008/08-513-02F.pdf