Lacunes dans les CHSLD «Les personnes âgées ne peuvent pas se plaindre»

Lacunes dans les CHSLD «Les personnes âgées ne peuvent pas se plaindre»

Posté le juillet 24, 2013 par Ressources Soins Aînés Québec en Bénévolat, Blog - Français, Centre de Jour, Centre pour Ainés, Communauté de retraités, Droit des aînés, Éducation, Éducation aux Aidants, Hôpitaux, Information de Soins de longue durée, RAMQ -Régie Assurance Maladie du Québec
Première publication 24 juillet 2013 à 12h50
Mise à jour : 24 juillet 2013 à 19h31
TVA Nouvelles

La liste des CHSLD qui présentent des lacunes

Malpropretéproduits dangereux, manque de personnel … La liste des lacunes colligées lors de rapports faits par des fonctionnaires dans les CHSLD depuis le début de l’année inquiète l’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) qui demande que des correctifs soient faits.

L’AQRP révèle par le biais de son site Internet que 32 centres d’hébergement de soins de longue durée un peu partout dans la province ont des problèmes importants qui dans certains cas pourraient facilement être réglés.

(Tableau TVA Nouvelles)

«On parle de problèmes comme de la contention, de produits dangereux entreposés à proximité des résidents ou encore de la simple disponibilité du personnel ou des soins infirmiers», explique Mathieu Santerre de l’AQRP.

«Mettre des produits dangereux sous clé et joindre le formulaire de plainte dans la procédure d’accueil, ce n’est pas compliqué. À l’heure actuelle, les personnes ne peuvent pas se plaindre et sont un peu piégées dans le système», ajoute-t-il.

(Tableau TVA Nouvelles)

M. Santerre souhaite de réelles améliorations aux conditions de vie des personnes âgées dans les CHSLD. «On demande que les correctifs deviennent publics, il ne faut pas que ça reste sous la couverture», insiste ce dernier.

«C’est un peu la faute du gouvernement si on ne donne pas assez d’argent pour que les gens prennent soin des autres», estime pour sa part sa collègue à l’AQPR, Lynn Parent.

L’association demande donc au ministre de la Santé, Réjean Hébert, d’injecter plus d’argent pour la gestion de ces centres, en plus d’exiger que les CHSLD où des lacunes sont observées soient dans l’obligation de fournir des documents expliquant la façon dont ils comptent les combler.

TVA Nouvelles a tenté de joindre le ministre de la Santé, mais il est en vacances. Son cabinet a cependant confirmé que dès cet automne, des intervenants indépendants se joindront aux équipes d’évaluation des CHSLD de la province.

Malgré quelques lacunes, l’AQRP note par ailleurs la relative bonne performance du Centre d’hébergement St-Jean-Eudes à Québec, du Centre d’hébergement de Saint-Georges (Ouest) à Saint-Georges, et du CHSLD Vigi Shermont à Sherbrooke.

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2013/07/20130724-125058.html

En vidéo