L’ostéoporose, la voleuse silencieuse

L’ostéoporose, la voleuse silencieuse

Posté le novembre 20, 2013 par Ressources Soins Aînés Québec en Blog - Français, Centre de réadaptation, Centre pour Ainés, Communauté de retraités, Éducation, Éducation aux Aidants, Gestion des soins gériatriques, Hôpitaux, Information de Soins de longue durée, Personne Autonome, Polyclinique, RAMQ -Régie Assurance Maladie du Québec

L'ostéoporose, la voleuse silencieuseL’ostéoporose se caractérise par une perte de la masse osseuse qui rend les os poreux et fragiles.
Elle se manifeste le plus souvent dans les os porteurs du poids du corps, comme les hanches ou la colonne vertébrale, mais elle peut toucher n’importe quelle partie du squelette. Le dos voûté – ou déformation ostéoporotique postménopausique – en est le signe le mieux connu. Parmi les personnes âgées de plus de 50 ans au Canada à l’heure actuelle, l’ostéoporose touche 1 femme sur 4 et 1 homme sur 8. Cette affection peut toutefois frapper les personnes de tout âge.L’ostéoporose est appelée la voleuse silencieuse parce qu’elle s’approprie lentement et tranquillement le tissu osseux. Vous ne pouvez pas sentir la progression de la perte osseuse et souvent vous ne vous rendez compte que ce processus est à l’œuvre que lorsque le dommage est fait.La plupart des gens savent que les groupes qui en courent le plus grand risque sont les femmes âgées et celles qui ont traversé la ménopause. Mais les hommes et les femmes qui présentent les facteurs ci-après courent aussi un risque d’ostéoporose :

  • l’âge (pour les personnes de plus de 65 ans) ;
  • un traitement par un corticostéroïde pendant plus de 3 mois consécutifs ;
  • des antécédents de fracture résultant d’un traumatisme minimal produit quand la personne avait plus de 40 ans ;
  • des antécédents familiaux de fracture ostéoporotique (surtout lorsqu’il s’agit de la fracture d’une hanche d’un parent) ;
  • une malnutrition, actuelle ou dans les antécédents (y compris une anorexie ou une boulimie) ou un très faible apport en calcium par le passé ;
  • le tabagisme ;
  • l’abus de l’alcool (une consommation quotidienne surpassant constamment 2 boissons par jour) ;
  • une consommation immodérée de caféine (provenant du café, de colas et du thé) ;
  • une ménopause précoce (avant 45 ans) ;
  • un hypogonadisme (un trouble qui se caractérise par l’absence ou l’insuffisance de la production d’hormones par les gonades pour les hommes, et par les ovaires pour les femmes) ;
  • la présence de certains troubles médicaux, comme la polyarthrite rhumatoïde, une hyperparathyroïdie primaire et une hyperthyroïdie ;
  • des troubles médicaux qui empêchent l’absorption des nutriments (comme la maladie cœliaque ou la maladie de Crohn) ;
  • un poids corporel inférieur à 60 kg, ou une perte de plus de 10 % par rapport au poids corporel à 25 ans ;
  • la poursuite d’un traitement anticancéreux par les inhibiteurs de l’aromatase ou par la privation androgénique ;
  • la mise en évidence par une radiographie d’une fracture de la colonne vertébrale ou d’une vertèbre par compression.

Plus ces facteurs de risque sont nombreux, plus votre risque d’ostéoporose est élevé.

L’ostéoporose peut nuire considérablement à votre qualité de vie. Elle peut mener à des fractures qui vous causeront de la douleur et entraveront votre autonomie en rendant vos déplacements difficiles. Si les facteurs de risque énoncés suggèrent que vous courez un risque d’ostéoporose, vous présentez aussi un plus haut risque de fracture. Mais vous pouvez prendre des mesures pour freiner la perte osseuse dès ses débuts et éviter les effets les plus dommageables de l’ostéoporose. Lisez la section « La lutte contre la perte osseuse » pour en savoir davantage.

 

EN PLUS:

http://santecheznous.com/channel_health_features_details.asp?channel_id=32&relation_id=39613&health_feature_id=49&article_id=78