Santé connectée : lumière sur ces innovations pensées par des femmes

Santé connectée : lumière sur ces innovations pensées par des femmes

Posté le octobre 16, 2015 par Ressources Soins Aînés Québec en Alzheimer - Perte de Mémoire, Bénévolat, Blog - Français, Éducation, Éducation aux Aidants, Équipements Médicaux, Gestion des soins gériatriques, Personne Autonome, Ressources communautaires
Il fut un temps où, pour se soigner, il fallait consulter un médecin, se rendre dans une clinique, à la pharmacie ou encore, à l’hôpital. Aujourd’hui, une nouvelle ère, celle de la santé connectée, permet aux patients de recevoir des soins en dehors d’un environnement traditionnel. Ils peuvent désormais obtenir un diagnostique tout en restant chez eux, ou encore se faire prescrire un traitement depuis leur lieu de travail. Les applications, les appareils électroniques et la technologie sans fil rendent alors les soins médicaux « portables ». Des bijoux connectés en passant par les robots à câlins destinés aux enfants hospitalisés, DiscovHer met en lumière les innovations inspirées de cinq femmes engagées dans la santé connectée.

L’appel du cœur – un électrocardiogramme dans un téléphone portable

Un patch sans fil, un portable et vous voilà équipé de votre propre électrocardiogramme où que vous soyez. Le prototype développé par Catherine Wong, une jeune étudiante tout juste âgée de 17 ans, amplifie les toutes petites impulsions électriques émises par les battements du cœur avant d’envoyer les résultats directement sur votre téléphone. Le dispositif pourrait aidé les populations des pays en voie de développement qui ne peuvent pas bénéficier de l’accès à une structure médicale, mais qui disposent tout de même de téléphones portables. Il peut également être utilisé afin d’envoyer des informations vitales correspondant à la fréquence cardiaque d’un patient victime d’une crise cardiaque avant son arrivée à l’hôpital.

« Le but est de pouvoir connecter les patients à des médecins pour que tout le monde, partout dans le monde, puisse bénéficier des soins nécessaires, » explique Catherine.

La dialyse DIY : une machine de dialyse à domicile

Lorsqu’elle a découvert que 90% des personnes vivant en Inde et au Pakistan et souffrant d’insuffisance rénale, n’avaient pas les moyen de se soigner et donc de sauver leur vie, l’adolescente Anya Pogharian a mis au point une version DIY. Pour les patients souffrant d’insuffisance rénale, la dialyse est une procédure vitale qui prend du temps et les contraint à se rendre à l’hôpital. Le prototype développé par la jeune Ayna peut non seulement être utilisé à domicile, mais il revient aussi beaucoup moins cher.

« Une machine de dialyse classique coûte 30 000 $ et mon projet de science de lycée lui n’en vaut que 500 », explique t-elle.

Le robot à câlins : un robot à câliner destiné aux enfants hospitalisés

Lorsqu’un enfant est malade, se retrouver dans un hôpital, entouré d’étrangers rend la situation encore plus difficile pour lui. De plus le personnel hospitalier étant limité, les robots à câliner peuvent jouer un rôle important dans le processus de guérison des enfants malades.

Chercheuse au sein du Groupe de Recherche sur les Robots Personnels,Sooyeon Jeong dirige actuellement des travaux de recherches au Boston Children Hospital. Ses travaux lui ont permis de démontrer qu’il existait des différences de comportement entre les enfants sains et les enfants malades lors de l’interaction enfant – robot. Les enfants malades semblent tirer profit de la compagnie du robot. En effet, sur un échantillon de quatre enfants, les deux enfants malades ont semblé porter plus d’attention au robot Huggable que les deux enfants en pleine santé. De la même manière, les enfants malades ont été plus émus de quitter le robot Huggable.

Test alimentaire : un scanner de poche pour analyser votre assiette

Pour les personnes souffrant de diabète ou d’intolérance au gluten, manger dehors est tout sauf une partie de plaisir. Tellspec pourrait changer cela. En effet, le capteur de poche scanne les plats en utilisant la spectroscopie, un peu comme un capteur infrarouge afin de collecter des signaux électroniques numériques.

Cette lumière est ensuite dispersée directement sur un dispositif de micro- miroir, et mesurée par un système de détection optimisée. Les données sont analysées par la base de données de l’entreprise et une ventilation envoyée à votre téléphone. Cela semble complexe, mais en vérité, le processus prend environ 3 secondes. La technologie auparavant uniquement disponible via un laboratoire rend aujourd’hui l’analyse possible, grâce à un scanner et un téléphone. Encore en développement, la co-fondatrice de Tellspec Isabel Hoffmann est une entrepreneure qui a fondé huit entreprises de technologies de pointes et a reçu de nombreuses récompenses, dont celle de la femme entrepreneure canadienne de l’année.

« Quantified self » : un bijou qui vous veut du bien

Alors que le nombre de dispositifs portables permettant de mesurer ses données a explosé au cours de ces deux dernières années, le design de bijoux Leaf(feuille) en plaquée-or se démarque. À première vue, il ne s’agit que d’un beau bijou, mais en vérité, la Leaf analyse votre sommeil, votre activité physique ainsi que votre période d’ovulation. Lorsqu’il est porté en collier, ce bijou connecté surveille les niveaux de stress en analysant la respiration, avant de croiser les résultats avec les données d’entrée des entrées de niveau de stress dans l’application pour enfin établir une corrélation entre le stress et la respiration, tout en surveillant les cycles de sommeil, le cycle menstruel et les jours d’ovulation. Urška Srše, co-fondatrice de Bellabeat , la société à l’origine de Leaf, voit les bijoux connectés comme un outil pour « rester en bonne santé 24 heures par jour, 7 jours sur 7»

SOURCES : http://discov-her.com/fr/article/sante-connectee-lumiere-sur-ces-innovations-pensees-par-des-femmes