1 personne sur 3 se fait prescrire des médicaments inappropriés pour l’âge chez les 65 ans et plus

1 personne sur 3 se fait prescrire des médicaments inappropriés pour l’âge chez les 65 ans et plus

Posté le mai 13, 2016 par Ressources Soins Aînés Québec en Bénévolat, Blog - Français, Éducation, Éducation aux Aidants, Gestion des soins gériatriques, Hôpitaux, Personne Autonome, RAMQ -Régie Assurance Maladie du Québec, Ressources communautaires

Près d’une femme sur 3 et un homme sur 4, âgés de 65 ans et plus, se font prescrire des médicaments considérés inappropriés pour leur âge, selon une étude canadienne publiée dans la revue Age and Ageing.

Steve Morgan de l’Université de Colombie-Britannique et ses collègues ont analysé des données concernant 660 679 résidents de cette province âgés de 65 ans et plus en 2013.

Ils ont analysé les facteurs influençant le risque de recevoir des prescriptions de médicaments faisant partie de la liste dressée par l’American Geriatrics Society des médicaments qui devraient être évités chez les personnes âgées selon les critères de Beers.

Le facteur le plus important était le sexe : 31 % des femmes et 26 % des hommes ont reçu une ou plusieurs prescriptions potentiellement inappropriées. Même lorsque les résultats étaient ajustés pour tenir compte de tous les autres facteurs de risque, les femmes demeuraient 23 % plus susceptibles que les hommes de s’en faire prescrire.

Pour les femmes et les hommes, être plus malade, recevoir plus d’un médicament pour une maladie diagnostiquée, et recevoir des soins de 5 médecins ou plus augmentaient les probabilités.

Les critères de Beers (1) pour l’utilisation potentiellement inappropriée de médicaments chez les personnes âgées sont des lignes directrices pour les professionnels de la santé. Ces critères ont été mis à jour en 2015.

Les types les plus fréquents de médicaments d’ordonnance potentiellement inappropriés étaient :

  • Plus de 90 jours de benzodiazépines ou autres hypnotiques (somnifères) : 12,9 % des femmes, 8,4 % des hommes ;
  • Nifédipine (2) (hypertension) : 4,0 % (femmes) 3,6 % (hommes) ;
  • Antidépresseurs tricycliques tertiaires (3) : 4,0 % et 1,9 % ;
  • Les sulfonylurées de longue durée (diabète de type 2) : 2,2 % et 3,5 % ;
  • Les œstrogènes, avec ou sans progestatifs (ménopause) : 4,9 % et 0,0 % ;
  • Plus de 90 jours d’anti-inflammatoires non stéroïdiens sélectifs (AINS, douleur) : 2,5 % et 2,1 %.

Il y a un besoin fondamental d’investir dans la diffusion d’informations et d’outils ciblés pour les prescripteurs et les patients, concluent notamment les chercheurs.

(1) Les listes de médicaments potentiellement inappropriés sont présentées dans cet article (en anglais) publié dans le Journal of the American Geriatrics Society : American Geriatrics Society 2015 Updated Beers Criteria for Potentially Inappropriate Medication Use in Older Adults. Les médicaments alternatifs, lorsque disponibles, sont mentionnés.

(2) Adalate, Aprical, Tenordate.

(3) Antidépresseurs amitriptyline, amoxapine, clomipramine, doxepin, imipramine, maprotiline, et trimipramine.

Psychomédia avec sources : University of British Columbia, Age and ageing.

SOURCES : http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2016-05-08/medicaments-potentiellement-inappropries-criteres-de-beers