Le gouvernement accomplit un grand pas en vue de répondre aux besoins de la communauté Parkinson

Le gouvernement accomplit un grand pas en vue de répondre aux besoins de la communauté Parkinson

Posté le avril 1, 2015 par Ressources Soins Aînés Québec en Bénévolat, Blog - Français, Centre pour Ainés, Communauté de retraités, Éducation, Éducation aux Aidants, Gestion des soins gériatriques, Maladie de Parkinson, Personne Autonome, Ressources communautaires

Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) ont décidé d’intégrer la maladie de Parkinson au Système national de surveillance des maladies chroniques (SNSMC). Cette initiative résulte de la participation directe de la Société Parkinson du Canada à la récente Étude nationale de la santé des populations relative aux troubles neurologiques. Cette percée donnera accès à un large éventail de données de fond sur la maladie de Parkinson aux chercheurs, praticiens et décideurs.

« La décision d’inclure la maladie de Parkinson au SNSMC indique que les décideurs politiques prennent nos préoccupations au sérieux, affirme Joyce Gordon, présidente et chef de la direction de la Société Parkinson Canada. Et les précieuses données recueillies et diffusées permettront à tous les intervenants de prendre des décisions fondées sur des preuves au profit des personnes vivant avec la maladie. »

Élaboré en partenariat par le gouvernement fédéral et l’ASPC, le SNSMC est une base de données administratives provinciales, territoriales et fédérales, qui regroupe de l’information sur la facturation par les médecins, l’hospitalisation et les inscriptions au régime d’assurancemaladie.

Cette base de données renferme des indicateurs médicaux clés associés aux personnes vivant avec le Parkinson qui remontent jusqu’à l’an 2000. L’ASPC a fait savoir à la Société Parkinson Canada que le premier rapport sur ces indicateurs sera publié d’ici cinq ans. Le rapport et les données recueillies favoriseront un dialogue élargi et un meilleur transfert des connaissances sur le Parkinson dans les domaines des politiques publiques, des recommandations cliniques et de la recherche.

La Société Parkinson Canada attend avec impatience la publication du premier rapport et s’engage à en partager les résultats avec la communauté Parkinson. En attendant, nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada afin de mieux comprendre la maladie de Parkinson et les besoins des Canadiens et Canadiennes vivant avec le Parkinson, de leurs familles et de ceux qui leur donnent des soins.

SOURCE : http://www.parkinson.ca/site/c.jpIMKWOBJoG/b.3536667/k.B54C/nbsp.htm